AstroAA

Astrologue Artisan

Cahiers privés -page 3-

MON FIL DES JOURS

-page 3-

ENFANCE

J’ai longtemps détesté le bleu. Il faut dire que j’ai porté tous les jours de ma vie, neuf années durant une blouse bleue. Et pas n’importe quel bleu : un bon bleu de travail que je décrirais sobrement comme “affreux”. Malheureusement, c’était l’uniforme de l’école. Des nonnes, elles aussi vêtues de bleu, faisaient parties du décor. Certaines d’entre elles faisaient la classe. Ne me demandez pas ce qui occupait les autres. C’est un détail qui me passait au-dessus. Mais rien que leur présence donnait le ton. Comme si ça ne suffisait pas, dans la cour, trônait une immense statue de la Vierge écrasant un serpent. Impossible de la louper! Dès que l’on pénétrait dans l’enceinte de l’école, on savait que la star ici, c’était ELLE.

Does God Exist? written on the road

Dans une autre cour, un crucifix aux dimensions tout aussi spectaculaires, me titillait les méninges. Primo, je trouvais la tenue pas correcte. Deuzio, la vision du petit Jésus tordu de douleur avec une couronne d’épines sur la tête, aurait du, selon moi, être interdite au moins de seize ans. C’est vrai quoi, je n’avais pas encore l’âge de regarder des films d’épouvante, alors pourquoi m’imposer cette vision d’horreur. Et puis, ça faisait beaucoup de peine à mon petit coeur d’enfant l’idée qu’on puisse torturer quelqu’un comme ça.

Renseignement pris, c’est pour avoir crié sur tous les toits qu’il était le fils de Dieu, qu’il en était arrivé là. Faut croire qu’à l’époque, on ne rigolait pas avec « le bon Dieu ». Clouer un homme sur une planche de bois, juste parce qu’il est peut-être un peu dérangé du ciboulot me paraissait plus que sévère. Pourtant, ça ne dérangeait personne d’autre que moi.

Mais ce qui ne résistait vraiment pas à mon analyse, c’était que pour les nonnes et pour monsieur l’abbé, le petit Jésus était vraiment le fils de Dieu. Le Dieu tout puissant dont on me rabattait les oreilles au caté et à l’église. J’étais vraiment prête à tout entendre à condition que ça tienne la route, et là, il y avait un truc qui ne passait pas. Je trouvais que pour un fils de “Dieu tout puissant”, le petit Jésus vissé sur sa croix, avait quand même l’air drôlement “impuissant”.

A suivre

Annick Ajolet

Astrologue Artisan

Africa Tribal woman icon. African culture icons set. Rectangle c

About

Autodidacte passionnée d'astrologie depuis l'âge de 12 ans, Annick Ajolet a approfondi ses connaissances en suivant la formation de Bernard Dubois, astrologue confirmé, qui l'encourage à donner ses premières consultations en 2007. Aujourd'hui, elle signe depuis 9 ans les horoscopes de plusieurs magazines pour le groupe de presse Mondadori. Annick Ajolet se qualifie volontiers d'astrologue "artisan" ; une réalité imposée par le fait que ses thèmes astrologiques sont pré-commandés et édités en série limitée. Car contrairement à la plupart de ses confrères qui éditent des thèmes en un clic à partir de logiciels, elle préfère travailler comme un artisan, même si le rythme est plus lent et le rendement forcément plus faible. Les thèmes qu'elle délivre sont en quelque sorte "fabriqués à la main". Chaque "pièce" est unique...

View all posts by

One Response

  1. purplereine says

    C’est toi mon p’ti Jésus ! :)